Les 10 signes d’un mauvais patron ou responsable

Les bons responsables soutiennent leurs collaborateurs et favorisent leur développement. Les mauvais patrons ou responsables rabaissent souvent leur...

Les bons responsables soutiennent leurs collaborateurs et favorisent leur développement. Les mauvais patrons ou responsables rabaissent souvent leur personnel et rendent le travail désagréable – sans se soucier des conséquences que cela entraîne généralement !

Mais êtes-vous ou avez-vous un mauvais responsable ? Cet article aborde les 10 principaux signes révélateurs !

Mais quelles sont les conséquences d’un mauvais leadership ? Copied

Avoir ou être un mauvais responsable a de nombreuses conséquences négatives. Tout d’abord, le vieil adage selon lequel  » les gens ne quittent pas leur emploi, ils quittent leur responsable « . Une enquête américaine menée auprès d’un millier d’employés a révélé que 44 % d’entre eux quittaient leur emploi en raison d’un mauvais leadership.

Lisez notre article, » Forte rotation du personnel ? Voici pourquoi et comment y remédier « pour plus d’informations.

De plus, la santé mentale et la productivité se détériorent considérablement à cause d’un mauvais responsable. Et selon une autre étude, les niveaux d’absentéisme augmentent. Autant de raisons de s’attaquer une fois pour toutes au problème des mauvais responsables.

Quels sont donc les signes d’un mauvais patron ou responsable ? Copied

Êtes-vous ou avez-vous un mauvais patron ? Si c’est le cas, il se peut que vous reconnaissiez un ou plusieurs des signes révélateurs ci-dessous :

1. N’accorde aucune reconnaissance ou appréciation

Pour beaucoup d’employés, l’appréciation et la reconnaissance sont encore plus importantes que le salaire. Une étude Gallup a montré qu’environ 30 % des employés quittent leur emploi s’ils ne reçoivent pas l’appréciation qu’ils méritent ou qu’ils attendent.

Et pire encore si c’est un patron ou un responsable qui s’en attribue le mérite. L’étude américaine susmentionnée a également révélé que 57 % des personnes interrogées considéraient ce comportement comme inacceptable.

2. Crie, hurle et intimide

Il n’y a vraiment que deux occasions où un patron ou un responsable doit crier : s’il y a beaucoup de bruit et que le personnel ne le comprendrait pas autrement, ou si une situation mettant la vie en danger est sur le point de se produire. Sinon, il n’y a vraiment aucune excuse pour crier ou hurler.

Pire encore, lorsque les cris et les hurlements se transforment en brimades, une culture de la peur et de l’anxiété se met en place. L’exemple le plus frappant est celui de crier sur quelqu’un lors d’une réunion. Ce type de comportement n’a jamais été et ne sera jamais un facteur de motivation ou de renforcement de l’esprit d’équipe.

3. Ne donne aucun conseil ou feedback constructif

Pour atteindre un objectif commun, les employés attendent des conseils de leur patron ou responsable. Cependant, les mauvais responsables attendent de leurs collaborateurs qu’ils lisent dans leurs pensées ou qu’ils fassent les choses par eux-mêmes – pour ensuite critiquer les résultats lorsqu’ils ne sont pas à la hauteur de leurs espérances. Très inefficace et irritant !

Ce sont surtout les employés nouvellement embauchés ou inexpérimentés qui ont besoin d’être guidés et de recevoir un feedback. Ils sont désireux d’apprendre et se tournent souvent vers leur patron ou leur responsable pour obtenir ce soutien.

4. Ne reconnaît pas ses erreurs

Tout le monde fait des erreurs, même les responsables ! Les bons responsables reconnaissent toujours leurs propres erreurs et s’excusent si on le leur demande. Les mauvais responsables s’arrangent pour ne pas avoir à rendre compte de leurs propres erreurs.

5. Ne dit jamais merci

Tout le monde apprécie une gratification ou un remerciement sincère lorsque l’on s’est surpassé, par exemple en attirant un nouveau client prestigieux ou en faisant des heures supplémentaires pour terminer un travail. Vous vous attendez certainement à ce que votre patron vous témoigne de la gratitude ou de la reconnaissance, n’est-ce pas ? Les mauvais responsables considèrent que cela va de soi et ne voient pas l’intérêt de faire un tel effort.

6. Planifie mal

Une bonne planification est le meilleur moyen de répartir les charges de travail de manière égale et équitable et de respecter les objectifs et les délais. Les mauvais responsables se contentent de jeter sur votre bureau une semaine de travail et attendent de vous que vous la terminiez le lendemain. Ce n’est pas vraiment une façon intelligente de travailler. Cela ne fait qu’obliger le personnel à  » combattre les incendies « , c’est-à-dire à bâcler le travail sans lui accorder toute l’attention nécessaire. Naturellement, la qualité et le moral se détériorent rapidement en conséquence.

7. Se focalise sur les problèmes

Un signe révélateur d’un mauvais responsable est qu’il ne souligne que les erreurs et ne mentionne jamais ce qui se passe bien. Souvent, ils pensent que le fait de pinailler et de souligner les échecs leur donne une meilleure image. Mais ce qu’ils oublient, c’est que cela ne fait qu’engendrer une aversion pour le risque et, en fin de compte, des résultats médiocres ou mauvais. Et les responsables sont censés assumer la responsabilité des résultats obtenus par leurs équipes, n’est-ce pas ?

8. Ne fixe pas d’attentes claires

Il y a une grande différence entre l’autonomie et l’incertitude. Vos employés savent-ils exactement ce qu’ils doivent faire et comment ? Ou semblent-ils ne comprendre que vaguement ce qu’ils sont censés faire ? Il y a de fortes chances que ces deux scénarios soient directement liés à la capacité ou à l’incapacité de leurs responsables à communiquer. Expliquez toujours clairement ce qui doit être fait, quand, où, pourquoi et comment. Et ce qui constitue une réussite !

9. Micro-gère

Les bons responsables fixent des objectifs, des délais et des attentes clairs, puis laissent leurs équipes travailler par elles-mêmes. Les responsables qui s’impliquent dans les moindres détails ne donnent jamais à leurs collaborateurs la possibilité d’apprendre et de se développer.

Pour plus d’informations, lisez notre article  » 6 signes révélateurs que vous êtes peut-être un micromanager « .

10. Fait du favoritisme

Enfin, et ce n’est pas le moins important, les mauvais patrons ont tendance à faire du favoritisme. Ils confient les postes les plus intéressants aux employés qu’ils apprécient, plutôt qu’à ceux qui sont les plus qualifiés ou les plus aptes à accomplir le travail. Mais quelqu’un qui partage vos intérêts et avec qui vous aimez discuter n’est pas forcément la bonne personne pour ce poste.

Mauvais patron

Mais comment devenir un meilleur patron ou responsable ? Copied

Nous venons de découvrir les dix caractéristiques principales d’un mauvais responsable, mais quelles sont les caractéristiques d’un bon responsable ?

  • agit de manière utile et positive – ne crie jamais sur le personnel et ne le dénigre pas
  • donne de l’appréciation et de la reconnaissance – non seulement par des primes, mais aussi par des compliments
  • explique les attentes de manière claire et concise
  • reconnaît le mérite d’une personne pour ses performances, plutôt que de se l’approprier
  • anticipe et planifie la charge de travail de manière réaliste et équitable
  • encourage la croissance et l’apprentissage et accepte que cela implique de faire des erreurs

 

Gestion objective et transparente Copied

De nos jours, les responsables avisés savent qu’ils ne peuvent pas se fier à leur intuition pour gérer leur personnel. Heureusement, une pléthore d’outils intelligents est disponible pour aider les responsables à rester objectifs et transparents lors de la planification, du suivi et de la gestion de leurs projets.

L’un de ces outils est la matrice des compétences – une vue d’ensemble schématique des aptitudes, compétences et qualifications des membres de votre équipe. D’un seul coup d’œil, vous pouvez voir qui peut faire quoi et prendre de meilleures décisions sur la base de données objectives, par exemple en déterminant qui est le plus qualifié ou le plus apte à effectuer une certaine tâche.

Téléchargez gratuitement notre modèle de matrice de compétences Excel pour commencer à expérimenter.

Il y a de fortes chances qu’au bout d’un certain temps, vous souhaitiez passer à l’étape suivante, et c’est là que vous aurez besoin d’un logiciel de gestion des compétences !

Découvrez comment le logiciel AG5 peut vous aider à devenir un meilleur responsable ou planifiez une démonstration en direct.

 

Author Copied

Revisions Copied

Original version | mars 16, 2021

Written by:

Related posts

Prêt à maîtriser la gestion des compétences ?

Planifiez une démonstration en direct du seul logiciel de gestion des compétences plug and play !

Réservez une démo